Santo Antao, coup de coeur

Saudade ! Voici ce que nous ressentons désormais en pensant au Cap Vert. Voyageurs de six mois, notre première escale fut l’ile de Santo Antao où nous avons passé de merveilleux instants. Très justement connue pour ses randonnées aussi variées qu’époustouflantes.

Un coup de cœur entre Cruzinha et Ponta do Sol, une très agréable randonnée côtière réservant un joli petit dénivelé vers la fin que les Capverdiens appellent avec humour Le chemin de croix ! Et puis Fontainhas, mignon petit village accroché à la montagne et ses ingénieux jardins en terrasse, sans oublier le jus de pomme maison du tout petit café chez Txu – à goûter absolument au passage ! Cap Vert, Santo Antao, guide

La descente de Cha de Mato jusqu’à Xoxo (prononcer « Chocho »), dans la superbe vallée de Ribeira da Torre m’a laissé des souvenirs tant photographiques que musculaires : descente spectaculaire et vallée luxuriante alliées au plaisir de découvrir les cultures d’ignames, les bananiers, les inévitables cannes à sucre, les papayers et j’en oublie ! Et partout, dans la montagne, les petits hameaux et le sourire des gens et des enfants devant nos joues rouges et notre air parfois ahuri ! Alors ils vont, une seule tong dans un pied, l’autre ayant disparue, sautillant sur le chemin sur lequel nous suons, un gros paquet de quelque chose de lourd sur la tête ! Alors on se redresse, le plus dignement possible, et on continue !

Tarrafal – Partis pour 2 ou 3 jours nous y sommes restés une semaine. Quelques deux à trois heures d’efforts dans le pick-up et d’émerveillement tout au long de la route – enfin, de la piste, parce que la route pavée, elle, elle n’est pas finie. Paysage lunaire aux dunes rocheuses volcaniques orange brûlées, l’arrivée est grandiose ! Plages de sable noir et quelques maisons accrochées aux rochers au milieu d’une oasis de verdure. La rue principale est…principale. C’est la seule et on y fait de très sympathiques rencontres. En grimpant le long de la cote vers le nord, tout de suite après le champ de lave au pied du volcan, vous découvrirez Monte Trigo, charmant village blanchi à la chaux. Bonus : retour en bateau parsemé de poissons volants. Petite anecdote : il n’y a ni banque ni distributeur à Tarrafal. Nous n’avions pas assez d’escudos, la monnaie capverdienne, pour passer la semaine. Alors ceux qui nous hébergeaient nous ont fait crédit jusqu’à notre retour à Porto Novo où nous avons pu nous acquitter de notre dette au chauffeur repartant pour Tarrafal la journée même. Quelle confiance !Cap Vert, Santo Antao, guide 1

À Ponta do Sol, Sissi et Bernardo qui ont une petite pension nous ont réservé un accueil très chaleureux et ont été au-devant de nos besoins. Sissi est la bonne humeur et le sourire incarnés ! À ne pas rater, la jolie petite boutique de Julie qui crée des bijoux uniques avec des matériaux inusités. Et puis Betty et son restaurant (beau, bon, pas cher !), Bukinha Salgod, qui met en scène la vie de Ponta do Sol et la musique capverdienne. On y danse aussi ! Sa joie de vivre et son délicieux poulet champignons-noix de coco ont fait belles nos soirées chez elle ! Nous y avons fait des rencontres inoubliables, dont Olivier qui organise des circuits de canyoning, Sophie et Boa, guides expérimentés et fort sympathiques, qui ont toujours répondu présent alors que nous ne savions pas trop où nous nous en allions ! Leurs conseils de randonnées et d’hébergements ont toujours été un gage de satisfaction (Bonaventure Cap Vert).

Un dernier coup de cœur chez Liana et son hébergement-pizzeria Black Mamba à Paul. Le décor nous a rappelé nos jeunes années et son accueil nous a permis de passer un séjour aussi reposant que vivifiant ! Ses pizzas au feu de bois sont les meilleures que nous avons mangées.

Nous n’avions pas planifié d’aller au Cap Vert. Ce fut un réel coup de cœur qui a mis la barre haute pour le reste de notre voyage. Il y a toujours quelqu’un pour vous aider, vous sourire et vous accueillir. Il est certain que nous y retournerons, à la découverte d’autres îles, mais nous repasserons par Santa Antao !

Karine et Alain, février 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *